Transition écologique à Paris

Valentin Duban Guilllaume Lebagousse

Paris est une ville leader dans la lutte contre le changement climatique. Adopté pour lapremière fois en 2007, puis actualisé en 2012, le Plan Climat de Paris franchit un cap en2018. Il fixe de nouveaux objectifs, toujours plus ambitieux car nécessaires pour mettre enœuvre l’Accord de Paris, en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre(GES) et détaille plus de 500 mesures dans plusieurs domaines d’actions (bâtiment,transports, énergie, alimentation, déchets, cadre de vie, mobilisation, finance…),D’ici 2020, la Ville accélère les actions définies dans le précédent Plan climat afin d’atteindreses objectifs (réduire de 25% les émissions de GES et les consommations énergétiques deParis, avoir 25% d’énergies renouvelables dans la consommation d’ici 2020 par rapport à2004) et répondre à l’urgence de la transition écologique.D’ici 2030 un plan d’actions opérationnel sera mis en œuvre dans l’objectif de réduire de50% les émissions de GES, de 35% les consommations et d’atteindre 45% d’énergiesrenouvelables.Enfin, l’objectif d’ici 2050 est de construire une ville neutre en carbone et 100% à énergiesrenouvelables.À l’issue de la COP 21, en 2015, 195 États ont adopté l’Accord de Paris visant à contenir lahausse moyenne des températures de la planète en dessous de + 2 °C. Cet accordhistorique est entré en vigueur le 4 novembre 2016 grâce à une mobilisation sans précédentde la société civile et des États. Au-delà de l’objectif climatique, la communautéinternationale a ainsi dessiné la transition de la planète vers un écosystème sobre encarbone, pour la seconde moitié du siècle Paris a accueilli et revendique, avec force, cenouveau projet de société, mis en œuvre localement par un ensemble d’actions et de projetsconcrets.Le développement des vélos par exemple sont une solution intéressante afin de lutter contreles émissions de co 2 dans la ville de Paris.Avec plus de 15% des déplacements effectués à vélo d’ici 2020, Paris se fixe l’objectifambitieux de devenir une capitale mondiale du vélo. La Ville dévoile son Plan vélo2015-2020 et prévoit un investissement inédit de plus de 150 millions d’euros qui permettranotamment de doubler la longueur des voies cyclables d’ici 2020.La compétence du traitement des déchets relève d’un syndicat intercommunal, le​ Syctom​,agence métropolitaine des déchets ménagers.Paris se situe en 2015 dans le dernier tiers des capitales européennes en termes deperformances pour la collecte sélective de ses déchets Le taux d’​incinération​ oud’​enfouissement​ des déchets de la capitale atteint 84 % contre seulement 16 % pour lerecyclage. Seul le verre est recyclé à 65 %. En 2016, la Ville de Paris se donne un taux demise en décharge ou en incinérateur inférieur à 50 % et de 20 % à l’horizon 2030,notamment en collectant de manière discriminée les biodéchets et en créant uneressourcerie​ par arrondissement d’ici 2020.Alors qu’historiquement Paris avait choisi de faire traiter ses déchets dans les communesriveraines, la Ville a implanté depuis les​ années 2010​ de déchetteries et des centres de triintra muros 12. Depuis 2011, un premier centre de tri de déchets -​ Paris XV​ – est implantéintra muros dans le​ 15​e​ arrondissement.​ Le chantier d’un second est lancé en 2017 dans lequartier des Batignolles​ pour une ouverture en 2019. Toutefois ces nouveaux équipementsrestent moindres face au nombre d’usines de traitement de déchets et incinérateurs situéesdans les communes limitrophes à Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *